Message personnel des journalistes aux professionnels des Relations Presse : ce que vous (ne) devez (plus) faire…

18/04/2017 - Actualités

Message des journalistes aux professionnels des RP

Les journalistes ont besoin de sujets. Beaucoup de sujets. Les médias « chauds » (radio, télé, presse écrite) publient un journal tous les jours, voire plusieurs éditions par jour. Un tiers de leurs sujets proviennent de communiqués de presse.
Problème : chaque jour, ces rédactions en reçoivent par centaines. Les conséquences sont prévisibles : 80% des journalistes se plaignent que 90% des communiqués de presse qu’on leur envoie sont inutiles , et qu’ils constituent une perte de temps. Ils estiment que la plupart sont mal rédigés, et trop long. Un journaliste avec une petite notoriété peut en recevoir plus de 2 à 300 par jour : il n’a même plus le temps de les lire tous…
Si vous faites partie de ceux qui tentent de contacter un de ces journalistes, voici la liste des erreurs à ne pas commettre.

• Oublier la règle n°1 de la communication : un message n’est pas fait pour être utile à celui qui l’émet, mais à celui qui le reçoit.

• Oublier la règle n°2 : faire court. Ne mettez pas en avant votre dirigeant ou votre organisation, dans le titre, mais choisissez les mots susceptibles d’intéresser le média. Parce que cette règle est trop souvent oubliée, la majorité des communiqués sont mis à la poubelle avant la lecture complète du titre… Pourquoi ? Un reporter « vend » une information à son rédacteur-en-chef en une phrase, parfois deux. Pour l’aider, donnez-lui donc correctement votre information. Ajoutez-y le minimum d’informations indispensables pour déclencher son appel en retour. Adopter le style Twitter : 140 signes pour fixer son attention, centrez votre propos sur ce qui peut faire un sujet. Une demi-page, suivie d’un contact téléphonique. La plupart des communiqués de presse contiennent une page de contenu, voire plus. Cela ne sert à rien. Une demi-page réussie provoquera un appel du journaliste… auquel vous enverrez alors d’autres contenus !

• Oublier la règle n°3 : ne pas prendre en compte l’extrême diversité des journalistes : ils n’ont pas les mêmes urgences. Un sujet proposé le matin à 9h sera traité dans le magazine de la semaine prochaine, dans le journal écrit du lendemain, dans le journal de la mi-journée à la radio, ou dans le 20h de ce soir à la télé. Il n’aura pas le même intérêt selon la possibilité de faire des images intéressantes ou pas, selon la personne à interviewer, selon le talent oratoire de cette personne, etc. Avant de faire partir votre communiqué, réfléchissez quelques secondes à ce que chaque journaliste voudra faire du sujet que vous lui proposez. Si vous connaissez vous-même des journalistes, personnellement, n’hésitez pas à leur poser la question.

• Oublier la règle n°4 : pour être efficace, votre message doit être porteur d’un « évènement », au sens journalistique du terme. Pour la plupart des responsables de communication, un « évènement » est un moment important de la vie de l’organisation qui les emploie (entreprise, collectivité territoriale, administration, etc.). La communication est donc souvent centrée sur l’importance que revêt l’évènement pour celui qui l’organise, et qui cherche à informer un large public à moindre coût, en se servant des journalistes comme de relais. Les journalistes détestent cela. Ils se moquent de l’importance que cet évènement a pour votre organisation. Pour eux, le mot « évènement » signifie tout à fait autre chose. Un « évènement » est un fait, c’est-à-dire une rupture ou une nouveauté. Il désigne un fait sortant de l’ordinaire, et revêtant un caractère exceptionnel, aux yeux de son audience, de ses lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs. Ce caractère nouveau, unique ou exceptionnel de l’évènement, pour leur audience, est le seul critère d’appréciation d’un journaliste. Lorsque vous lui présentez votre sujet, essayez donc toujours d’imaginer ce que vous pourriez dire, à propos de votre évènement particulier, après avoir prononcé la phrase « C’est la première fois que… ».

En résumé : ne faites pas un communiqué de presse pour présenter comme un « évènement » le fait que votre Président va donner une conférence de presse annonçant la liste des actions qu’il a menées ; mais insistez sur le fait que, suite à une seule de ces actions, un changement concret est intervenu et a impacté ou impactera la vie quotidienne des lecteurs / auditeurs / téléspectateurs.

Articles Liés / voir aussi
Communiqués de presse
CONNAITRE MIEUX LES JOURNALISTES POUR MIEUX LES CIBLER Lire l'article
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique Lire l'article
Réinventons la Relation Presse
Réinventons la Relation Presse Lire l'article
Inscrivez-vous gratuitement Demandez une démo