Les critiques des journalistes sur les Relations Presse

21/04/2017 - Actualités

Les 3 500 journalistes inscrits sur Agenda Journalistes savent que les communiqués de presse sont importants, pour leur travail quotidien : en moyenne, environ un tiers des sujets qu’ils traitent provient d’un de ces communiqués. Cette proportion augmente lorsqu’on considère la presse spécialisée ou la presse professionnelle.
Mais une fois ce constat établi, les critiques fusent, chez les journalistes.

Sur la façon dont les communiqués de presse sont rédigés. Parce que cette rédaction témoigne souvent d’une méconnaissance de leur métier.
Ne soyez pas naïfs : tous les journalistes savent que vous cherchez à leur « vendre une histoire ». Ça tombe bien, ils en cherchent, en permanence. Eux aussi, comme vous, doivent en « vendre », à leurs audiences. Ce sont des pros : ils n’ont besoin que de quelques secondes pour savoir si l’histoire sera « vendable » ou pas. Le reproche le plus courant que les journalistes font aux communicants est qu’ils tentent sans cesse de survendre une histoire, c’est-à-dire de forcer le trait, ou d’insister exagérément même après un premier refus. Essayez plutôt de présenter aux journalistes en quoi votre évènement est important pour ses lecteurs / auditeurs / téléspectateurs.
Autre critique récurrente des journalistes, au sujet de la rédaction des communiqués de presse : leur longueur et leur absence de priorisation. Pour convaincre un journaliste qu’une histoire est « vendable », quelques mots suffisent : un bon titre, au plus un demi-feuillet. Eux-mêmes la « vendront » à leur rédac-chef en moins de trente secondes… S’il faut tourner une page, ou atteindre le bas d’un feuillet pour évaluer un sujet, votre communiqué perd l’essentiel de son efficacité. Et les dossiers de presse ne seront lus qu’une fois cette étape passée…

Sur le nombre de communiqués de presse que les communicants envoient. Envoyer un mail est à la portée de tous et fait gagner beaucoup de temps. Pour chacune des 4 500 agences de relations publiques ou de relations presse, en France, ou pour des centaines de milliers d’entreprises, de collectivités territoriales, il s’agit d’un acte sans conséquence particulière. Peu de ces acteurs ont conscience que les journalistes, eux, sont la cible de tous ces mails. Ce flux est devenu incontrôlable depuis le début des années 2010.
Les journalistes en reçoivent en moyenne 300 à 500 par jour. Ils sont submergés. La majorité de ces mails finiront à la corbeille sans même avoir été ouverts.
Pour limiter ce flux, ils utilisent des parades : ils créent désormais deux, voire trois adresses mails professionnelles différentes, dont une seule est réellement opérationnelle. En rentrant de week-end, la plupart des journalistes font « Tout sélectionner » et « Supprimer »…?
La plupart des membres d’Agenda Journalistes nous ont expliqué qu’ils arbitrent donc en permanence, entre une nuisance (une prolifération de mails, dont la plupart n’ont guère d’intérêt pour eux) et un risque (rater les rares communiqués potentiellement intéressants). L’arbitrage se fait en quelques minutes : ils parcourent des yeux la liste des titres de mails, à raison d’une dizaine par secondes ; si un mot ou une partie du titre retient leur attention, ils regardent qui est l’expéditeur ; si l’expéditeur est ok, alors seulement ils ouvrent le mail pour le lire. Dans ce cas, ils lui consacrent rarement plus de vingt secondes.

Sur les relances téléphoniques. Après avoir envoyé un mail, et en l’absence de réponse du journaliste, chaque agence, administration, entreprise, s’assure par téléphone qu’un certain nombre de journalistes ont bien pris connaissance du mail… Aucune d’entre elle n’a conscience qu’elles sont donc des milliers à le faire chaque jour. Pour 70% des journalistes, ces relances incessantes sont devenues le deuxième facteur de stress le plus important de leur métier, en dehors de l’heure de bouclage de leur média !
La relation presse telle qu’elle a fonctionnée depuis des décennies, et jusqu’au début de la généralisation des envois de communiqués de presse par mails, est donc condamnée à très brève échéance.

Articles Liés / voir aussi
Communiqués de presse
CONNAITRE MIEUX LES JOURNALISTES POUR MIEUX LES CIBLER Lire l'article
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique Lire l'article
Réinventons la Relation Presse
Réinventons la Relation Presse Lire l'article
Inscrivez-vous gratuitement Demandez une démo