Pourquoi est-il si difficile de maintenir à jour un listing de journalistes ?

02/03/2017 - Actualités

Pourquoi est-il si difficile de maintenir à jour un listing de journalistes ?

La France compte 35 928 journalistes . Ils disposent d’une carte professionnelle attribuée par la C.C.I.J.P. (Commission de la Carte d’Identité des Journalistes Professionnels).Près d’un quart de ces journalistes sont des pigistes, c’est-à-dire qu’ils sont très mobiles, professionnellement et/ou géographiquement, et donc par nature difficiles à lister. Plusieurs milliers d’autres sont à la retraite : s’ils ont eu leur carte de presse pendant trente années, ils la conservent indéfiniment. Les lister n’est pas forcément utile.

Restent les journalistes « titulaires en active ». Ils sont eux aussi très mobiles : ils changent souvent de région (un reporter parisien devient un correspondant en province), de spécialité (un reporter généraliste devient un journaliste spécialisé en économie), de position hiérarchique (un grand reporter devient un chef de service). Par ailleurs, le jour où vous déclenchez votre opération de Relation Presse, il vous faut tenir compte des week-ends, des congés, des récupérations (liés aux reportages, qui nécessitent parfois des déplacements de plusieurs jours) : l’efficacité de votre listing dépend aussi du nombre de journalistes en activité ce jour-là.

Dernier élément à prendre en compte, pour évaluer la performance de votre listing : parmi ces journalistes, beaucoup ne présentent aucun intérêt pour vous. Un monteur son d’Europe 1, un cameraman de France 2, un chef d’édition, un directeur d’information, un éditorialiste ou un rédacteur en chef ne choisissent pas les sujets à traiter. La moitié seulement des journalistes sont des reporters de terrain, au contact de l’actualité chaque jour. Ce sont eux qui proposent à leurs rédactions de traiter un sujet. Ce sont eux que vous cherchez à atteindre.
Le moins qu’on puisse dire, c’est que ces journalistes ne sont globalement pas satisfaits de la façon dont on s’adresse à eux, ni des contenus qu’on leur fait parvenir : ils sont 80% à penser que 90% des CP qu’on leur envoie par mail sont inutiles . Ils en reçoivent tant qu’ils ne parviennent de toute façon plus à les lire. Ils ont deux voire trois adresses mails, en plus de leur adresse « officielle », celle que leur donne leur média. Et ils se disent harcelés par les relances téléphoniques des attaché(e)s de presse.
Il faut donc un effort permanent pour maintenir à jour un listing d’adresses mail réellement efficace. Et obtenir une confirmation de lecture par téléphone (un travail qui a toujours été pénible) devient désormais mission impossible.
Une opération de Relations Presse reposant uniquement sur le couple « envoi de mails + relance » est donc devenue une opération de plus en plus facile, ces dix dernières années, mais aussi de plus en plus coûteuse et de moins en moins rentable.

Articles Liés / voir aussi
Communiqués de presse
CONNAITRE MIEUX LES JOURNALISTES POUR MIEUX LES CIBLER Lire l'article
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique
Les Relations Presse emportées par le tsunami numérique Lire l'article
Réinventons la Relation Presse
Réinventons la Relation Presse Lire l'article
Inscrivez-vous gratuitement Demandez une démo